W & F

W & F, vous me manquez tellement…

Je vous ai connu un soir de fin de printemps. Vous êtes arrivés sur le pas de la porte avec vos grands sourires de bonheur de rencontrer une nouvelle amie. Moi qui étais tant stressée par cette soirée, vous m’avez tout de suite rassurée.

Très rapidement, vous m’avez adoptée. Vous vouliez jouer avec moi, rire avec moi, j’oserais même dire vous coller à moi. Même un bref instant.

C’est ce qu’il y a de si merveilleux avec les enfants. Aucun jugement, aucun préjugé. Aucune malice. Tu viens d’arriver et déjà, ils sentent qu’ils peuvent te faire confiance. Et c’est ce qu’ils font.

À peine étais-je arrivée que je savais déjà que je ne pourrais plus vous quitter. Déjà, je savais que je vous aimerais inconditionnellement. Et ça pour toujours.

Je suis tombée amoureuse de votre père alors que vous étiez tous là, par terre à jouer. Vous veniez de le mettre sur le dos, accompagnés de vos fous rires. Vous étiez là, tous les trois, tellement complices. Mon Dieu que vous étiez beaux à voir. Je ne peux m’empêcher de revoir la scène, encore et encore. Tomber en amour de plus en plus, vous aimez toujours plus.

Et lors de notre dernière soirée, c’est avec moi que vous avez joué ainsi. Vous me courriez après et vous m’avez mise à terre. Vous êtes embarqués sur moi, m’avez emprisonnée. Vous aviez du plaisir à jouer avec moi. Et ça m’a tellement fait chaud au cœur. Si vous saviez…

Aimer votre père est une chose. Vous aimez vous, c’en est une autre. Et c’est probablement ce qui fait le plus mal aujourd’hui.

On s’est rapproché, on s’est réellement adopté. W & F, vous ne vous rendez pas compte à quel point vous êtes maintenant si importants pour moi. Vous n’êtes que des enfants, vous ne connaissez pas encore l’immensité de la vie et des sentiments. Et bon sens que je vous envie. J’aimerais tant avoir cette naïveté encore et encore.

Oublier ces «Tu m’as manqué aussi», ces «Je t’aime aussi», ces colleux, ces sourires, ces petits yeux lumineux.

Mais c’est impossible.

Et je ne le pourrais. Parce que ce serait vous oubliez vous. Et c’est impensable. Inimaginable.

W & F, je ne sais pas quand je vous reverrai. Je ne sais même pas si je vous reverrai. Mais sachez que vous resterez dans ma tête, et surtout dans mon cœur à jamais. Vous aurez toujours cette place précieuse au fond de mon âme.

Je vous aime de tout cœur.

Chaque année, je manque les perséides

Vous savez, cette pluie d’étoiles filantes qui revient chaque année en août? Ça fait plusieurs étés que j’essaie de la regarder. Mais à chaque fois, je la manque.

J’en ai entendu parler il y a plusieurs années déjà. Petite, j’avais fait une liste d’activités que je voulais faire pendant l’été. Et regarder les perséides y était.

Continue reading

Je suis intense et je m’assume

Oui, je suis intense. Oui, je l’assume. Et je suis fière de cette assurance qui en découle.

Intense ne veut pas forcément dire irréfléchie. Par contre, ça peut vouloir dire impulsive. Dans mon cas, à tout de moins. Et ça aussi, je l’assume. Ça fait parti de moi, de mon caractère (de marde).

Continue reading

Bienvenue à l’ère de la fréquentation

2019. Année où la période de fréquentation peut s’éterniser. Je dis « année », mais ça en fait déjà quelques-unes que ça dure…

Nous sommes rendus avec une génération qui préfère se fréquenter plutôt que se mettre en couple. Je n’ai rien contre cette période dite nécessaire, mais je ne comprends pas trop combien de temps celle-ci doit durer.

Continue reading